Echographie obstétricale

Au cours de la grossesse, 3 échographies de dépistage anténatal vous seront proposées en cas d’évolution normale : au premier, au deuxième et au troisième trimestre de la grossesse (11-13, 22-24, 32-34 semaines d’aménorrhée). L’échographie permet d’obtenir certaines informations qu’aucun autre examen ne peut fournir : par exemple l’âge exact de la grossesse, le nombre de fœtus, la mesure de la clarté nucale (impérativement entre 11 et 13 semaines d’absence de règles pour être interprétable ; participant au dépistage de la trisomie 21), la morphologie de l’enfant, sa croissance, la localisation du placenta. Ces examens sont recommandés mais ne sont pas obligatoires et il vous est possible de signaler au médecin que vous ne souhaitez pas que soit effectuée une recherche de malformation fœtale.

QU’EST-CE QU’UNE ÉCHOGRAPHIE ?

L’échographie permet d’obtenir des images grâce à des ultrasons émis par une sonde et renvoyés par le fœtus. Ces signaux sont transformés par la machine en images visualisées pendant l’examen sur un écran. Des photos peuvent être prises au cours de l’examen mais la meilleure analyse des images se fait “en temps réel” au cours même de l’échographie et non après.
Le Doppler permet de mesurer la vitesse du flux sanguin dans certains vaisseaux du fœtus ou du placenta. Cet examen ne sera réalisé que dans certaines situations à risque ou pathologiques.
L’échographie permet de mettre en évidence certaines malformations éventuelles du fœtus. L’échographie 3D n’est pas une nécessité pour le diagnostic des anomalies. Malgré les améliorations techniques, l’échographie n’est pas parfaite et il peut se produire qu’une anomalie pourtant bien présente ne soit pas détectée par l’examen.
À l’inverse, certains aspects observés à l’échographie peuvent faire évoquer à tort une malformation du fœtus. Si un doute survenait au cours de l’examen, d’autres examens complémentaires (comme une amniocentèse ou des prélèvements de sang par exemple) et des examens de contrôle vous seraient proposés selon la situation. Dans ce cas, l’échographie peut être une source d’anxiété pour les futurs parents.

EN PRATIQUE, COMMENT SE PASSE UNE ÉCHOGRAPHIE ?

En pratique, l’examen est réalisé par un médecin ou par une sage-femme. Il est totalement indolore et ne présente pas de risque connu pour la mère ou pour l’enfant. Une sonde est posée sur l’abdomen après application d’un gel pour faciliter l’émission et la réception des ultrasons. (La qualité des images est variable d’une patiente à l’autre. Compte tenu des propriétés des ondes ultrasonores, l’épaisseur de la paroi abdominale peut constituer une gêne en raison du tissu adipeux sous-cutané).
L’utilisation d’une sonde introduite dans le vagin peut s’avérer nécessaire et apporter des renseignements complémentaires très utiles.
Il n’est pas nécessaire de venir à jeun. Lors de l’échographie du 1er trimestre et dans certains cas pour les suivantes, il peut être demandé d’avoir la vessie pleine au moment de l’examen. Evitez d’appliquer une crème anti-vergetures dans les jours qui précédent l’examen.

Source : Fiches d’information patientes réalisées par le  Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF)